Série 1: Edmonton
«Tout le monde dans cette chambre serait désappointé si nous ne nous rendions pas jusqu'au bout. Je pense que nous avons une équipe capable de s'y rendre.»
—Guy Carbonneau

Lorsque les Stars de Dallas commencèrent les séries 2000 le 12 avril, j'avais un souhait personnel: que Carbonneau demeure en santé et joue le plus de parties possible. Avec la carrière de Carbo qui semble achever, chaque partie de séries éliminatoires dans laquelle il apparaissait était précieuse pour moi.

Guy with StickJ'avais un rituel spécial pour les séries cette année. Avant chaque partie j'embrassais mon Sher-Wood qui est accroché dans ma cuisine. Il s'agit du bâton que Guy utilisait lorsqu'il a brisé son poignet le 5 mars, un bâton qu'il m'a remis le 23 mars alors qu'il retournait sur la glace pour le restant de la saison régulière. Pour moi, le Sher-Wood était un symbole de triomphe sur la blessure, un signe en l'honneur du fait que Guy Carbonneau était encore en train de jouer au hockey.

Jouant toujours, oui... Mais le long et difficile parcours de l'après-saison régulière allait tester l'endurance du vétéran. Même si sa dernière saison fut sa meilleure en six ans, ce fut une saison éprouvante. Au lieu de jouer 50 parties, comme le directeur-général Bob Gainey anticipa lorsque Carbonneau signa pour l'année, le joueur le plus âgé de la ligue fut appelé toute la saison à boucher les trous laissés par ses coéquipiers blessés. En cette années où les Stars se sont à peine remis de leur dernière Coupe Stanley, le joueur de 40 ans travailla fébrilement, jouant dans 69 matches, et dirigeant son équipe vers un record de tout les temps au niveau du désavantage numérique. Et ce Guy a fait cela même s'il était blessé alors qu'il avait un problème de disque qui souvent engourdissait ses mains...et il entra la saison éliminatoire, jouant sur son poignet fracturé qui nécessitera une opération chirurgicale à la fin des séries.

Alors, je me suis demandée combien de parties et dans quelle condition Guy Carbonneau pourrait jouer sa dix-septième saison des séries éliminatoires de la LNH. Si le Sher-Wood ne supporte pas la pression, il faudra plus que de la chance. Les séries de la coupe Stanley sont une lutte pour la survie: la dernière équipe au bout du trajet gagne le trophée, et au long du chemin il y a une douleur et une bataille incompréhensible, tant physique que mentale. Les Stars de Dallas n'étaient pas favoris pour gagner en l'an 2000 et les mois qui allaient suivre tortureraient.

Un de ces contemporains, Kevin Lowe, était l'entraîneur des Oilers d'Edmonton, l'équipe qui a affronté les Stars en première ronde. Carbonneau et Lowe furent tous deux repêchés en 1979 et furent de grands riveaux durant l'époque des grandes années de Gretzky alors que Lowe jouait pour Edmonton et Carbonneau pour Montréal. À la première partie un était derrière le banc alors que l'autre était toujours sur la glace, combattant avec la nouvelle génération des Oilers, une équipe beaucoup plus jeune. Dans cette partie le vieux Carbo eut une assistance, il a pris une pénalité pour sauver un but, et il a écoulé une punition de quatre minutes où les Stars n'ont accordé qu'un seul lancer au but. Dallas a gagné cette partie par le compte de 2-1.

After ScoringAprès une retentissante victoire de 3-0 dans la deuxième partie, les Stars partirent vers Edmonton où ils eurent non seulement à confronter les Oilers sur une glace plus rapide mais aussi à endurer une foule jeune et virulente très partisane. Cette foule fidèle était très bruyante et sans merci à l'hôtel des Stars (avec un réveil brutal à quatre heures du matin) et dans les gradins du Skyreach Centre. Les Oilers ont joué sans pitié ce qui les a conduit à une victoire de 5-2 sur les Stars dans ce troisième match.

La quatrième partie fut toute aussi brutale. Guy a reçu une pénalité de dix minutes de mauvaise conduite pour avoir argumenté au sujet d'une pénalité de bâton élevé de Richard Matvichuk, et deux buts furent comptés de part et d'autre pendant qu'il était assit dans au banc des pénalités. Une défaite aurait voulu dire un retour déplaisant à Edmonton, ce que personne ne désirait. Carbo profita d'une occasion et compta le but vainqueur d'un lancer du poignet de quarante pieds. «J'ai pris une punition stupide de dix minutes et lorsque je suis revenu au banc des joueurs j'ai voulu me reprendre» dit alors Guy. «Je crois que ce but fut une bonne réponse». Ce but fut assisté par deux autres anciens capitaines du Canadien, Mike Keane et Kirk Muller. «On a passé la torche du capitaine de un à l'autre sur ce but» dit Muller. «Carbo est un grand joueur défensif, mais il a de meilleures mains que ce que beaucoup pourraient penser. C'était un excellent lancer.»

Profitant de la chance d'éviter d'avoir à retourner dans le nord, les Stars ont conclu cette série dans le cinquième match. Avec un but, deux assistances et un +2 dans la série, Carbo serra la main de Kevin Lowe et accompagna l'équipe dans les demi-finales de conférence.

Cinq baisers pour le Sher-Wood, cinq parties. Toujours au jeu.




Voir aussi:

Praise for Guy and other ex-Habs (courtesie de The Edmonton Journal)

Journal des Séries de Guy (courtesie de The Dallas Morning News)
4/12/00 "Fans can count on opponents having Stars in their eyes"

4/18/00 "Stars need to step up their effort"

prochainJournal des Séries de Diane
4/12/00 "The First, Unblemished Day"

4/18/00 "Thanks for the Pep Talk"

La Page Principal

'00 #1:
Parties 1-5

'00 #2:
Parties 6-10

'00 #3:
Parties 11-17

'00 #4:
Parties 18-23

'00 Epilogue


Cette page fut traduite par Louis Préfontaine.