Retro Carbonneau

 La Saison 19: 1994-95  



Toute une vie au Québec, une douzaine d’années avec les Canadiens, et c’était maintenant fini; les Carbonneau devaient déménager à Saint-Louis. Ils laissèrent derrière eux leur maison de Montréal qu’ils avaient fait construire. L’homme avec le CH dans la signature allait maintenant porter la note bleue. Sa femme et ses enfants ont eu à apprendre en vitesse l’anglais. Guy n’était pas le premier athlète professionnel à être échangé, mais n’élimine en rien tous les bouleversements qu’impliquent une telle chose pour lui et sa famille.

Le cyclone de bouleversements qui ont perturbé Carbonneau se réléta par un bouleversement beaucoup plus intense: le «lock-out» de la LNH.

Blues AwayCarbonneau se rapporta à sa nouvelle équipe, mais pour ce qui est de jouer devant ses nouveaux spectateurs, cela allait attendre un peu. Les propriétaires de la LNH et les joueurs de l’AJLNH se sont embourbés dans des négotiations sans fin, essayant très fort d’arriver à une entente. Avant que soit conclue une entente, les proprétaires refusèrent d’autoriser le commencement de la saison. Alors que les semaines et les mois passaient, plusieurs avaient peur que l’entière saison soit perdue.

Alors que les joueurs de la ligue cherchaient des façons de se tenir en forme, Carbo avait beaucoup de choses à faire: il était le représentant des Blues et un négociateur de l’association des joueurs.

Guy était devenu un représentant des joueurs pour les Canadiens en 1991 après que Ryan Walter ait quitté pour les Canucks, mais il n’a jamais visé une vie au niveau de la politique du sport. Son implication intime dans les négotiations a simplement évoluée, plus par des circonstances que par l’ambition de Guy, et certainement pas basées sur quelques entraînement ou expérience qu’il avait. (Entraîné ou non, Carbo devait avoir un tru; en 1998 il allait devenir le vice-président de l’AJLNH.)

«Je suis allé à quelques réunions, j’ai été nommé sur un comité, et tout s’est mis à dérouler à partir de ce moment,» raconta Carbonneau au Hockey News. «C’était réellement difficile au début. Il y a tant de choses à se rappeller et je ne suis pas une personne anglaise, alors il y avait beaucoup de vocabulaire que je n’avais jamais entendu auparavant. Je suis sorti de plusieurs réunions avec un mal de tête.» Même si l’effort était considérable, Guy était tout de même heureux de participer. «C’est de longues heures et beaucoup de perte de temps. Mais c’est une expérience merveilleuse. Il n’y a pas d’autre place où j’aimerais mieux être que dans cette chambre. Je préfère être au milieu de l’action et savoir ce qui se passe plutôt que d’être dans le noir.»

Blues HomeAlors qu’il était moins cinq, une entente fut concluse, avec 48 parties à disputer, et la saison commença le 20 janvier. Finalement, Carbonneau porta son chandail des Blues avec le «A» d’assistant-capitaine et recommença sa vie de joueur. Mais ce fut très différent de Montréal. À Saint-Louis, ce qu’on demandait de lui et la pression des médias et du public était très différente. Line Carbonneau en parla dans ces termes plus tard à un journaliste de Dallas: «Montréal était la maison. Nous ne nous sommes jamais réellement installés à Saint-Louis. Il réalisa que les médias n’étaient pas aussi présents et qu’il n’y avait pas autant de pression. Il avait toujours dit que la pression des spectateurs et des médias à Montréal était bonne pour lui et les joueurs de l’équipe.»

Jouer pour Mike Keenan et les Blues n’était pas la même chose non plus. Guy en parla dans ces mots: «Je ne me suis jamais réellement intégré à Saint-Louis. Pour moi, ce fut difficile, spécialement avec la saison écourtée. Je me serais attendu à jouer un peu le même rôle que celui que j’avais à Montréal, mais cela ne se produisit pas. Je ne me suis pas amusé. J’appréciais toujours de jouer au hockey, mais dans l’ensemble...»

Dans l’ensemble, Guy se demandait si c’était le temps pour lui re raccrocher ses patins. Il avait 35 ans et il ne jouait plus un rôle significatif. Mais encore une fois, le futur de Guy est impossible à prédire...

...Dans ce cas, un coup de téléphone se produisit et cinq autres années de hockey.

 

Ressources:

"Carbonneau learns on job," par Dave Luecking, The Hockey News, 23 decembre 1994.
1995-96 Official Game Program, The Dallas Stars.

Statistiques de l’année:
 Événements:
Saison régulière
PJ B A Pts Pun
42 5 11 16 16
Séries éliminatoires
PJ B A Pts Pun
7 1 2 3 6

 

  • Assistant-capitaine des Blues.
Prochain
Page principale de Rétro Carbonneau

Cette page fut traduite par Louis Préfontaine.