Retro Carbonneau

 La Saison 20: 1995-96  



«Dallas était probablement la seule place autre que Montréal dans laquelle j’aurais voulu jouer.»

WaitingLa maison des cornes et des magnats de l’huile, cette ville bouillante du football, Dallas, au Texas? Oui, c’était de cette ville que Guy parlait. Il avait déjà senti que s’il y avait une seule équipe dans la ligue qui pouvait avoir un peu l’esprit des Canadiens, c’était Dallas.

Saint-Louis avait des problèmes financiers et le vétéran Carbonneau était une cible de choix pour être coupé. Selon Guy, «Alors que Mike Keenan décida de réduire les salaires des joueurs, il me donna la chance d’aller jouer quelque part d’autre où je me sentirais bien. C’est à ce moment que Bob m’appela.»

Bob, c’est Bob Gainey, le directeur-général des Stars, un autre ancien capitaine des Canadiens. Guy allait aussi joindre l’homme de qui il a hérité le numéro, l’assistant-entraîneur, Doug Jarvis, tout comme Mike Lalor, Brent Gilchrist, et un vieil ami, Craig Ludwig. Un certain nombre d’anciens joueurs des Canadiens allaient joindre l’équipe dans les années à suivre, y compris deux autres anciens capitaines.

Ludwig était particulièrement excité lors de l’échange, qui s’est produit le 2 octobre, et qui a été un échange égal contre Paul Broten. «J’étais tellement excité parce que nous avions joué [à Saint-Louis] quelques soirs auparavant. Je ne me rappelle pas exactement... Mais il a dit, "Je ne crois pas qu’ils me protègeront, il font me soumettre au ballotage", ou quelque chose comme ça. Nous sommes alors allé parler à Bob à ce propos et c’était amusant, car [Guy] m’a appelé deux jours plus tard et m’a dit: "Prends moi à l’aéroport, j’arrive à une heure."»

Gainey était aussi très heureux de son acquisition: «Guy a toujours l’habileté d’aider à gagner des parties. Il fait de petites choses dans une partie qui aident l’équipe. Ce peut être un but, ou un jeu qui mène à un but. Mais ce peut aussi être facilement une passe bloquée, un tir bloqué ou une mise-au-jeu remportée. Il a un très très bon instinct pour juger une partie et ce qui doit être fait au bon moment.»

SkatingLa transaction a fait sentir Guy un peu comme à la maison, même si la fièvre du hockey est encore pire à Dallas qu’à Saint-Louis. «[À Montréal,] tu en entends parler par le gars qui te vend du lait. Même si c’est parfois un problème, cela me manque. C’était très important pour les amateurs et c’était une sensation agréable. Je me sens un peu plus à ma place ici qu’à Saint-Louis, même si ce fut un peu difficile pour ma famille de déménager deux fois en deux ans. Je suis heureux ici.»

Certainement, il appréciait la pression à Montréal, mais d’un point de vue personnel, l’homme timide et paisaible qu’est Guy ne se plaint pas trop d’être moins célèbre. «Ce fut un ajustement. Tu es habitué à certaines choses, comme d’aller au restaurant et d’être reconnu. Mais maintenant, c’est très amusant; ma vie personnelle est plus décontractée, plus agréable. Je crois que les choses se sont arrangées pour le mieux. Je m’intègre ici beaucoup mieux et c’est beaucoup plus amusant. Bien sûr, c’était beaucoup plus facile auparavant d’obtenir des réservations.»

Carbo n’a pas perdu de temps à faire sa marque avec sa nouvelle équipe. Le 14 octobre 1995, il participa à un nouveau record chez les Stars pour les trois buts les plus rapides, 44 secondes. C’était également la seule partie de l’histoire de la LNH où une équipe qui perdait par deux buts est revenue dans le match en comptant trois buts de suite dans la dernière minute de jeu, pour gagner dans le temps réglementaire. Les Stars perdaient par deux buts contre Boston 5-3 à la troisième période lorsque Kevin Hatcher compta un but à 19:11. À 19:44 de cette même période, Mike Modano compta sur un lancer du poignet qui déjoua Craig Billington, ce qui égalisa la marque. Dans la mise-en-jeu qui suivit, Mike Kennedy ramassa la rondelle perdue dans le coin et la passa au centre vers Carbonneau qui n’allait pas rater pareille occasion. Il déjoua Billington à 19:55 pour la victoire.

Le 6 février, Carbo joua sa 1000e partie dans la LNH dans une victoire de 5-2 contre Saint-Louis. Il contribua avec une assistance. «Il faut être méchamment bon pour un méchant bout de temps pour arriver à 1000 parties. Il a fait les choses qui font gagner une équipe et il le fait toujours aujourd’hui,» raconta l’entraîneur des Stars, Ken Hitchcock.

Forum Closing CeremonyCependant, sûrement le moment le plus poignant de la saison fut la partie finale jouée au Forum de Montréal, alors que la nouvelle équipe de Guy affronta son ancienne. Un des entraîneurs des Stars, Kurt Daniels, en parla en ces termes: «Pour Guy Carbonneau, le retour à Montréal le 11 mars était un retour à la maison comme aucun autre. C’était sa maison, sa vie. Il n’était pas seulement quelqu’un ayant porté l’uniforme des Canadiens; il était les Canadiens. Il représentait tout ce en quoi la franchise croyait, en quoi les amateurs croyaient: le succès, la capacité de meneur, le classe. Aucune autre organisation de hockey porte la réputation et la légende comme Montréal, et à ce moment, aucun autre joueur ne porta le flambeau comme Carbonneau.»

Dans la cérémonie de clôture après la partie, une torche passa de mains en mains des capitaines des Canadiens. Gainey et Carbonneau portèrent le flambeau de la Sainte-Flanelle, le chandail des Canadiens, et ainsi la torche passa de mains en mains vers l’actuel capitaine des Canadiens, Pierre Turgeon. Guy était certainement émerveillé devant cette cérémonie qui marquait une drôle de croisée des chemins dans sa carrière.

C’est vrai, le Forum de Montréal n’existe plus, les Canadiens de Gainey et Carbonneau non plus. Malgré tout, Guy avait raison de croire que l’esprit est toujours vivant.

Même si loin au sud, à Dallas, Texas.


Ressources:

"Carbonneau happy at 1,000, but misses intense scrutiny," par Mike Heika, The Hockey News, 23 février, 1996.
1995-96 Official Game Program, The Dallas Stars.
NHLPA interview avec Ludwig and Carbonneau, décembre 1998.

Statistiques de l’année:
 Événements:
Saison régulière
PJ B A Pts Pun
71 8 15 23 38
Séries éliminatoires

il n'a pas joué

 

  • Échangé à Dallas de Saint-Louis contre Paul Broten, le 2 octobre 1995.
  • A compté un des trois buts les plus rapides de l’histoire des Stars, 44 secondes, le 14 octobre 1995.
  • A joué sa 1000e partie dans la LNH le 6 février 1996, contre Saint-Louis (108e joueur de la LNH à le faire).
  • A manqué les séries éliminatoires pour la seule fois de sa carrière.
  • A été en nomination pour le trophée Masterton, qui est remis pour la persévérance, l’esprit sportif et aux joueurs qui se sont pleinement consacré au hockey.
Prochain
Page principale de Rétro Carbonneau

Cette page fut traduite par Louis Préfontaine.