Retro Carbonneau

 La Saison 24: 1999-00  



Au moment d’écrire ces lignes, Guy est à un mois d’atteindre la barre des 1300 parties jouées dans la LNH. Lorsqu’il signa son contrat durant l’été, il était supposé atteindre tout juste cette marque à la fin de la saison. Mais Bob Gainey a probablement deviné que ce serait difficile pour Carbo de jouer une saison de cinquante parties. Et avec toutes les blessures cette année, les Stars auraient été en difficulté sans leur joueur le plus âgé et le plus increvable de l’alignement. Lorsque Guy lui-même se brisa le poignet le 5 mars, son absence se fit sentir immédiatement, match après match. Le seul bon côté à cette situation fut qu’elle força Carbonneau à se reposer pour la bataille finale. Ce repos lui fut nécessaire pour supporter le niveau de jeu qu’il s’était lui-même imposé pour l’année.

Yearbook PictureJ’écris ces lignes au trois quart de la saison, alors que Carbonneau joue probablement sa meilleure saison depuis qu’il a quitté les Canadiens. Sa saison fut-elle si bonne que cela? Lisez ces extraits pour mieux en juger:

Bill Nichols, Dallas Morning News, 19 novembre 1999: «La contribution de Carbonneau a souvent passé inaperçue, mais il est un meneur pour l’équipe et son désir amènera souvent ses coéquipiers à se dépasser afin d’obtenir la victoire. Il est un joueur intense qui peut aider à contrôler le rythme d’un match avec son jeu agressif. Cela aide aussi à augmenter l’émotion de ses coéquipiers. Carbonneau est un excellent communicateur et il en sait plus sur le jeu que la plupart des joueurs de la ligue. Il sait quoi faire dans certaines situations et l’avoir sur la glace dans un match serré est un avantage certain.»

Jennifer Floyd, Fort Worth Star-Telegram, 15 janvier 2000: «Le type d’athlète qu’il est défie toutes les conceptions et les stéréotypes de ce qu’est ou devrait être un athlète professionnel. Il n’est pas égoïste, et il aide des joueurs comme Blake Sloan à évoluer, et ce, même s’il s’agit peut-être de sa dernière saison. Il est un fier soldat, jouant l’important rôle défensif contre les meilleurs trios adverses soir après soirs. Il est devenu le meilleur joueur des Stars en faisant ce qu’il fait le mieux: travailler dûr, être constant et ne jamais donner moins que ce qu’il a.»

L’entraîneur Ken Hitchcock, 1er décembre 1999: «Pour moi, ce qui est le plus impressionnant c’est qu’il est toujours un joueur efficace à son âge. Je crois qu’à chaque fois qu’il attache ses patins, il se dit en lui-même qu’il est meilleur que l’adversaire et qu’il peut battre n’importe qui. Cela en a fait un bon joueur pour un grand nombre d’années, beaucoup plus longtemps que ce que les gens ont cru a priori. Je crois que c’est ce qui fait de joueurs comme lui des joueurs spéciaux. Beaucoup de joueurs ne tentent que de s’agripper à leurs acquis en vieillissant. Au contraire, Carbo veut être un élément de la victoire, pas seulement un homme de plus sur la glace.»

SkatingPierre McGuire, Pittsburg Tribune-Review, 5 décembre 1999: «Il s’agit d’un joueur ayant gagné trois coupes Stanley dans des séries où il a été un des joueurs les plus importants. Il est l’homme de la situation pour les mises en jeu, il est assez bon pour bloquer les lancers des adversaires pour avoir gagné le trophée Selke trois fois, et il est capable de créé un momentum en comptant un but rapide ou en relançant une attaque rapide, comme s’il était un joueur de 50 buts par année. Carbonneau n’est pas particulièrement grand, mais il est fier. Il ets un élément considérable pour n’importe quelle organisation grâce à sa passion et à sa fierté. Il ne prend jamais un jour de congé, même si l’équipe lui demande.»

Keith Gave, CBS SportsLine, 16 février 2000: «Le joueur le plus âgé de la LNH, et comme nous à propos de l’âge il ne désire pas trop en parler, est encore à patiner sur le temps. Dans une saison qui était supposée être la dernière de sa remarquable carrière de 18, il joue assez bien pour être invité à la cérémonie d’après-saison pour gagner son quatrième trophée Selke pour le meilleur attaquant défensif.»

Il entrera au Temple de la Renommée pour sûr. Mais ne laissez rien vous convaincre que c’est grâce à son talent. Personne ne joue aussi bien à 40 ans à cause de son talent. Ce n’est pas les jambres, les mains ou le cerveau qui le portent.

C’est le coeur qu’ils honoreront un jour au Temple de la Renommée.

Et heureusement, le coeur de Guy Carbonneau n’aura pas à prendre sa retraite lorsque ses jambes le feront. La LNH aura besoin de son coeur plus que jamais, et je crois que peu importe où la ligue l’appellera, son coeur répondra avec entrain.

Peut-être est-ce égoïste, mais j’ai une autre chose à dire avant de tourner la page sur cette rétrospective. Après avoir étudié ces 24 années, je ne peux pas faire autrement que de le dire. Après avoir rencontré tellement d’admirateurs de Guy via mon site internet, je crois que je peux également parler pour eux:

Raccroche tes patins si tu le dois, Guy, mais s’il vous plaît ne nous quitte pas déjà.

 

Ressources:

Dallas Stars 1999-2000 Yearbook.
Deuxième photo par Brad Amodeo.

Statistiques de l’année:
 Événements:
Saison régulière
PJ B A Pts Pun
69 10 6 16 36
Séries éliminatoires
PJ B A Pts Pun
23 2 4 6 12

 

  • A obtenu sa 400e assistance le 31 décembre 1999 contre Anaheim.
  • A joué sa 1300e partie dans la LNH le 3 février 2000 à Phoenix.
  • A été en nomination pour la seconde fois pour le trophée Masterton pour la persévérance, l’esprit sportif et la consécration au hockey.
  • A atteint le second rang de tous les temps pour le nombre de parties jouées en séries éliminatoires avec 231.

 

 

 

Page principale de Rétro Carbonneau

Cette page fut traduite par Louis Préfontaine.